samedi 25 mars 2017

Agriculture bio : attention au fétichisme du label

Beaucoup d’observateurs parlent aujourd’hui d’un « changement d’échelle » de l’agriculture biologique en France. Selon l’Agence bio, les ventes de produits dans ce secteur ont doublé en six ans, pour atteindre sept milliards d’euros à la fin de l’année 2016. Pour certains produits, la part de marché commence à être significative : 20 % pour les œufs et 12 % pour le lait, par exemple...

... De nombreux facteurs seront déterminants pour l’avenir de la bio : l’évolution de la réglementation européenne, le niveau de soutien des pouvoirs publics, la capacité des producteurs à s’organiser collectivement…

...’il est un vecteur d’information, permettant de différencier les produits bio des produits non bio, il tend aussi à masquer la diversité des agricultures biologiques. C’est ce que j’appelle, en référence au « fétichisme de la marchandise » autrefois décrit par Karl Marx, un « fétichisme du label » : l’incapacité à voir la diversité d’organisation existant derrière le seul label.

www.theconversation.com > lire l'article complet

relayé par Foodwatch

https://www.foodwatch.org/fr/accueil/

Posté par boucheaoreille77 à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


vendredi 14 août 2015

Les Sages retoquent l'interdiction du gaspillage alimentaire dans les grandes surfaces

caddie

La grande distribution ne sera plus contrainte d'organiser la redistribution de tonnes d'aliments non vendus (Le Figaro parle d'un million de tonnes jeté par an ?). Le Conseil constitutionnel vient en effet de censurer l'article concernant le gaspillage alimentaire (loi sur la transition énergétique) qui prévoyait l'interdiction pour les grandes surfaces de jeter de la nourriture. L'Assemblée nationale avait voté à l'unanimité en mai dernier cette mesure très attendue par les organisations s'occupant des plus démunis. Qu’il est difficile de faire appliquer les lois, même quand elles semblent bénéfiques pour les consommateurs et notre société !

Info transmise par Foodwatch

lundi 1 juin 2015

Business du goût : arômes et packaging

arome caramel

Les fabricants usent et abusent des arômes : en France, 1 produit sur 3 en contiendrait. Et pourtant la plupart tentent de les faire oublier grâce à un packaging alléchant. Résultat, la plupart des consommateurs ne se doutent pas que leur yaourt "aux fruits" ne contient parfois pas un gramme de fruits ! Pour mener l'enquête, l'émission Capital a fait appel à foodwatch (à voir à partir de 45mn).

Information transmise par Foodwatch

vendredi 23 janvier 2015

Vrai renonce à son yaourt pas si bio que ça

yaourt vrai fruits rouges

Triballat Noyal, fabricant des yaourts Vrai, va cesser la commercialisation de son yaourt bio Vrai arôme naturel fruits rouges. foodwatch salue la décision du fabricant. Car pour foodwatch, comme plus de 33.400 d’entre vous qui avez signé la pétition adressée au fabricant sur change.org, l’étiquetage de ce yaourt induisait les consommateurs en erreur.

Légal mais pas légitime pour autant

L’emballage du yaourt Vrai arôme naturel fruits rouges promettait en effet de beaux fruits rouges mais le produit ne contenait aucun morceau de fruit et son arôme n’était même pas bio. Triballat Noyal s’était défendu en considérant que ces pratiques étaient tout à fait légales. La réglementation européenne sur l’alimentation biologique permet effectivement d’utiliser de l’arôme non bio dans un produit bio. Mais pour foodwatch et des dizaines de milliers de consommateurs, faire passer un produit pour ce qu’il n’est pas est inacceptable. C’est peut-être légal mais pas légitime pour autant. 

Foodwatch > lire l'article complet

logo_foodwatch

Vrai rejette la faute sur le consommateur

Si le yaourt bio Vrai n'est pas si bio que ça, c'est parce qu’il « répond à nos attentes » ! A en croire la réponse toute faite que Triballat Noyal envoie aux consommateurs outrés et mobilisés autour de la pétition foodwatch, nous attendons d’un yaourt aux fruits qu’il ne contienne pas de fruits et qu’un yaourt bio soit à base d’arôme issu de l’industrie conventionnelle et non biologique. La faute à nos attentes ? L’argument de Triballat Noyal a du mal à passer. 

Foodwatch > lire l'article complet

Lire aussi > Etiquetage : les règles changent, les ruses continuent

Posté par boucheaoreille77 à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,